Sur le marché de l’immobilier neuf, les prix ne fléchissent pas !

Temps de lecture estimé à environ 5 minutes.

Publié le 26 mai 2021 par

Christelle Privat Avatar de l'auteur "Christelle Privat"

SOMMAIRE

Sur le marché de l’immobilier neuf, le repli accompagné d’une légère baisse des prix était attendu, en raison de la crise sanitaire de la Covid19. Il n’en est rien ! Au contraire, les prix stagnent, voire augmentent légèrement dans plusieurs grandes métropoles. Paris semble être l’une des rares villes où la hausse des prix décroît.

La raison principale de ce maintien, s’explique par une offre de logements qui peine à satisfaire la demande. Les effets de la crise ayant été contenus par les institutions, l'investissement dans la pierre, conserve la confiance des Français. La demande de logements est donc importante et progresse. L’offre quant à elle, suit difficilement, et le coût de l’immobilier a tendance à augmenter. C’est la mécanique du marché !

Mais peut-on expliquer pourquoi l’offre de logements neufs tend à se réduire ? La situation est-elle réversible ? Qu’en est-il de l’immobilier neuf à Montpellier ?

Chantier de construction, prix de l’immobilier neuf
© bogdanhoda - Shutterstock

Pourquoi une offre de logements au ralenti ?

Ces derniers temps, il est difficile d’échapper aux articles évoquant l’offre de logements défaillante alors que la demande progresse. Dans le neuf, la tendance s’accentue ...

Le coût des matières premières explose

Depuis quelques mois déjà, le secteur de la construction souffre de l’augmentation du prix des matériaux de base comme l’acier, le ciment, le plastique, le bois, le verre et les métaux non ferreux. La pénurie d’acier qui s’est accentuée en février dernier a donné lieu à des hausses de prix pouvant atteindre dans certains cas 100 % d’augmentation. Les délais d’approvisionnement sont également rallongés.

Une situation extrêmement difficile pour de nombreuses entreprises qui nourrissent de grandes inquiétudes. Les problèmes d’approvisionnement devenant récurrents, elles en viennent parfois à absorber ces hausses de prix et à rogner sur leur marge. D’autres entreprises, au contraire ont déjà augmenté leurs tarifs, certaines annulent purement et simplement leurs commandes par peur de ne pouvoir les honorer. À terme, la situation risque de se répercuter sur les prix de la construction neuve. Les premiers effets se font déjà sentir …

Acier, prix de l’immobilier neuf
© cocoparisienne - Pixabay

Mais comment expliquer la pénurie mondiale de l’acier ?

Plusieurs facteurs expliquent la pénurie et la hausse des prix. D’une part, la pandémie a mis à l’arrêt une grande partie des aciéries européennes et il va falloir un peu de temps pour qu’elles retrouvent leur rythme de croisière. D’autre part, le Brésil qui est un grand acteur de l’acier au niveau mondial se voit amputer d’une partie de sa capacité de production, car la compagnie minière Vale fait face à des problèmes d’ordre technique.

Mais aujourd’hui les yeux sont tournés vers la Chine et ses énormes besoins en termes de matières premières. Déjà l’an dernier, le pays battait des records car sa production de l’alliage ferreux dépassait le milliard de tonnes ! De plus, malgré sa forte capacité de production, la Chine consomme une grande partie de la production mondiale, ce qui accentue la pénurie et fait varier les prix.

L’acier et la sidérurgie ne sont pas les seuls matériaux concernés, la même tendance est observée pour le cuivre, l’aluminium, et les minerais. En attendant, la Chine renforce sa position dominante et influence les prix au niveau mondial.

Le récent redémarrage de l’activité économique en France et le coût des transports qui a été multiplié par 6 ne vont sans doute pas aider à une amélioration immédiate. Il faudra attendre quelques mois pour retrouver un marché moins tendu. Il est possible que l’Europe intervienne et prenne de nouvelles résolutions pour endiguer le problème.

La baisse de l’octroi des permis de construire

En 2020, la France a enregistré une baisse des permis de construire de 16,3 % par rapport à l’année 2019. Selon la Fédération Française du Bâtiment, une nouvelle baisse de 12,6 % est attendue en 2021. Un fléchissement qui influe inévitablement sur l’offre de logements neufs. La crise sanitaire a fait chuter la délivrance des permis de construire car l’activité des services dans les mairies a été fortement ralentie.

De plus, l’arrivée de nombreux maires écologistes prônant la non-artificialisation des sols, a accentué le trait. À Bordeaux, Lyon, ou Strasbourg, certains programmes immobiliers neufs ont été simplement gelés voire stoppés pour lutter contre la bétonisation de la ville.

Pour sortir de ce cercle vicieux, le gouvernement a promis une simplification et une numérisation des procédures pour faciliter le travail des mairies.

Ville de Montpellier, prix de l’immobilier neuf
© FredP - Shutterstock

À Montpellier, les prix de l’immobilier neuf ne fléchissent pas dans l’agglomération

La région héraultaise très attractive continue d’intéresser les acquéreurs en immobilier neuf. À Montpellier les biens ne restent pas disponibles longtemps, et les programmes neufs trouvent vite preneurs. Comme dans d’autres grandes villes françaises, la pandémie a eu un effet négatif sur l’offre de logements. Nombreux sont les professionnels qui s’inquiètent d’une pénurie, car le marché est tendu.

Tous les quartiers de la ville sont convoités, que ça soit l’hypercentre avec des localités comme Beaux-Arts, Arceaux ou Boutonnet. La périphérie est également demandée, car les transports desservent de nombreuses villes comme Saint Jean de Védas, Castelnau-le-Lez, ou Lattes. D’autres villes plus éloignées comme Castries suscitent l’intérêt des acquéreurs pour leur douceur de vivre et leurs nombreuses infrastructures urbaines.

Selon la FPI, le prix de vente moyen sur le 1er trimestre 2021 atteint 4 432 €/m² à Montpellier, soit une hausse de 4,6 % par rapport au 1er trimestre 2019. La rareté de certains biens neufs a probablement fait évoluer les prix à la hausse ! Malgré tout, la ville ne cesse d’attirer de nouveaux habitants, et les biens se négocient peu, car les acheteurs sont décidés !

Partager sur