La Paillade, un quartier d'avenir à Montpellier ?

Temps de lecture estimé à environ 5 minutes.
Avatar Hélène BERTIER Hélène Bertier

le 30 décembre 2019

SOMMAIRE

Véritable ville dans la ville avec ses quelque 25 000 habitants, le quartier de La Paillade, à Mosson et Hauts- de-Massane, va faire l’objet d’un vaste plan de renouvellement urbain dans les dix ans à venir. C’est un secteur qui concentre de nombreux maux : chômage endémique, détérioration de l’habitat et des équipements publics, petits trafics... Comme le formulait Pierre Pouëssel, le préfet de l’Hérault, en avril dernier, le plan dit ANRU 2 vise à « dédensifier » le quartier de la Paillade. Une nécessité que le maire de la Ville, Philippe Saurel, semble avoir reconnue comme prioritaire.

Ce mercredi soir, le maire est venu présenter les grandes orientations de ce plan de rénovation aux habitants. « Une petite réunion qui a pour but de présenter l’avancée du dossier et les options que nous avons choisi et qui conduiront à différentes opérations » a introduit le maire de Montpellier devant une salle comble.

Les habitants du quartier pourront participer et suivre les avancées des projets tout au long de sa réalisation. Dans cette optique, Philippe Saurel a annoncé la « mise à disposition d’une maison du projet, peut-être sur le grand Mail. Il faut un lieu pour que les professionnels et les habitants se rencontrent », a-t-il appuyé. Montpellier multiplie ainsi les projets de réhabilitation et de constructions immobilières comme la rénovation du CHU ou la construction architecturale unique du Belaroïa.

Un renouvellement déjà en cours

Le plan ANRU 2 promet « un renouvellement complet du quartier de La Paillade en s’attaquant à l’habitat, à l’espace public, au développement économique et à l’ensemble des équipements » comme l’a rappelé Philippe Saurel. Un plan qui a déjà opéré ces dernières années, et qui a permis de voir « 1 040 logements réhabilités entre 2017 et 2020 ».

À l’horizon 2021, plusieurs grands projets devraient déjà voir le jour. Philippe Saurel s’est attelé à les présenter en détail aux habitants.

Les grands axes du projet

Le maire a souhaité présenter via quatre grandes orientations l’esprit dans lequel le réaménagement allait s’opérer sur les prochaines années. Les objectifs, tels qu’ils ont été définis, sont pour le moment les suivants :

Ce vaste projet, qui prendra du temps et demandera une implication de tous, bénéficiera d’une maison dédiée au partage d’idées. Le dossier sera également mis à disposition du public, à la mairie de proximité de la Mosson ainsi qu’au siège de la métropole. En parallèle, différents services mèneront des balades avec les habitants, comme autant de consultations régulières de l’opinion citoyenne. Elles se feront dans la rue individuellement, ou à travers des réunions publiques.

Le dossier devra être soumis à l’État en septembre 2019.

Les chantiers spécifiques

En marge de ces grandes annonces, Philippe Saurel a égrené au fil de la discussion avec la salle plusieurs projets qui devraient se concrétiser à l’occasion de ce réaménagement du quartier.

Logement

Sur le versant habitat, le maire a pris la mesure des problèmes grandissants liés au mal-logement, et a fait en conséquence une annonce de poids.

« On démolira la tour d’Assas. Avec Monsieur le Préfet, nous allons mettre en place le comité de relogement à partir du mois de janvier. »
Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de la métropole

Et ce n’est pas tout. Répondant à une question au sujet de la dégradation d’une résidence, le maire a dévoilé l’un des objets de sa rencontre avec le nouveau Ministre de la ville et du logement, Julien Denormandie.

« Je recevrai lundi Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, avec qui j’évoquerai le sujet » des copropriétés dégradées, et des moyens publics d’aider les propriétaires à leur rénovation.
Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de la métropole

L’affaire reste donc à suivre de près. Il s’agira de voir ce qu’il adviendra précisément d’Assas, et ce qui sortira de cette rencontre de lundi prochain.

Santé

Questionné par un pharmacien qui avait présenté un projet de pôle santé dans le quartier, Philippe Saurel a répondu : « Dans le cadre du dossier ANRU nous avons l’intention d’installer un centre de Santé. L’ARS est d’accord sur le principe et le préfet aussi. On a conscience de ça. On est en train de l’intégrer dans le dossier car il faut que cela y soit spécifié ».

Le quartier devrait donc bien bénéficier également de l’implantation d’un pôle Santé à l’occasion de ce réaménagement global.

SOURCES
  • « Montpellier : les orientations de la transformation de la Paillade présentées aux habitants », par Cédric Nithard - La Tribune.fr, 13/12/2018
Partager sur