Abattement fiscal : Définition, différents types et application à l’immobilier en 2024

Temps de lecture estimé à environ 10 minutes.
Contrôles :
Avatar de l'auteur "Hervé KOFFEL" Hervé Koffel

le 16 janvier 2024

[ mis à jour le 16 janvier 2024 ]

SOMMAIRE

L'abattement fiscal, un terme souvent évoqué dans les discussions sur la fiscalité en France, représente un mécanisme clé dans la compréhension et la gestion des impôts. Ce concept, bien que complexe, joue un rôle crucial dans la détermination de la charge fiscale des individus et des entreprises.

L'abattement fiscal se définit comme une réduction de la base imposable, permettant ainsi aux contribuables de diminuer le montant sur lequel l'impôt est calculé. Cette mesure fiscale, diversement appliquée selon les situations et les revenus, vise à alléger la pression fiscale et à adapter l'imposition aux circonstances spécifiques de chaque contribuable.

En France, l'abattement fiscal se manifeste sous plusieurs formes et concerne divers domaines, allant des salaires aux successions, en passant par les investissements immobiliers et les donations. Chaque type d'abattement est régi par des règles spécifiques, reflétant les objectifs politiques et économiques du gouvernement, tels que l'encouragement à l'investissement, le soutien aux personnes âgées ou handicapées, ou encore la régulation du marché immobilier.

L'immobilier, en particulier, représente un secteur où l'abattement fiscal a un impact significatif. Que ce soit dans le cadre de la vente de biens immobiliers, de la location meublée ou des investissements locatifs, les règles d'abattement fiscal influencent fortement les décisions des propriétaires et des investisseurs. Avec des règlementations en constante évolution, notamment en réponse aux dynamiques du marché et aux préoccupations sociales, l'abattement fiscal en immobilier reste un sujet d'actualité brûlant, méritant une attention particulière.

Nous verrons ici en détail le concept de l'abattement fiscal, ses différentes formes et applications, avec un focus particulier sur le secteur immobilier. Nous aborderons également les pièges et les erreurs courantes à éviter pour optimiser sa situation fiscale. L'objectif sera de fournir une compréhension approfondie de l'abattement fiscal, un outil indispensable pour naviguer dans le paysage fiscal complexe de la France.

Comprendre l'abattement fiscal en 2024

L'abattement fiscal, au cœur du système fiscal français, est un élément complexe méritant une exploration approfondie pour en saisir les nuances et les implications. Ce mécanisme, bien plus qu'une simple réduction d'impôt, joue un rôle fondamental dans la détermination de l'assiette imposable, c'est-à-dire la base sur laquelle les impôts sont calculés.

Définition et fonctionnement de l’abattement fiscal

L'abattement fiscal se présente sous deux formes principales : fixe et proportionnel. L'abattement fixe, ou forfaitaire, implique une déduction d'un montant spécifique de la base imposable, indépendamment du revenu total du contribuable. Par exemple, pour certains professionnels comme les journalistes et métiers de la presse, un abattement fixe de 7650€ est appliqué en reconnaissance des frais professionnels inhérents à leur métier.

D'autre part, l'abattement proportionnel se rapporte à une réduction en pourcentage de la base imposable, variant selon les situations individuelles. Un exemple notable est l'abattement sur les pensions de retraite, où un pourcentage de la pension est exempté d'impôt, jusqu'à un certain plafond.

abattement fiscal – une jeune femme calcule son abattement fical applicable
(c) David Gyung - shutterstock

Différence entre abattement fiscal et réduction d'impôt

Il est important de distinguer l'abattement fiscal de la réduction d'impôt. Tandis que l'abattement fiscal réduit la base imposable, la réduction d'impôt diminue directement le montant de l'impôt dû.

La réduction d'impôt intervient après le calcul de l'impôt sur le revenu basé sur la base imposable réduite par l'abattement. Cette distinction est essentielle pour comprendre les stratégies d'optimisation fiscale et les calculs d'impôts. En immobilier par exemple, la loi Pinel permet de bénéficier d’une réduction d’impôts (après abattement donc) pour l’achat d'un logement neuf et sa mise en location durant un certain nombre d’années. Cette réduction d’impôts se calcule en fonction du prix d’achat et de la durée de location.

Conditions d'éligibilité et exemples d’abattements fiscaux

Les conditions d'éligibilité à l'abattement fiscal varient grandement selon le type d'abattement et le contexte. Par exemple, les seniors et les personnes invalides peuvent bénéficier d'abattements spécifiques en fonction de leur revenu et de leur situation personnelle.

De même, les auto-entrepreneurs jouissent d'abattements forfaitaires sur leur chiffre d'affaires, variant selon la nature de leur activité. Ces exemples illustrent la diversité et la complexité des règles régissant les abattements fiscaux, soulignant l'importance d'une compréhension précise pour une application correcte et avantageuse.

Types d'abattements fiscaux en France en 2024

La France, avec son système fiscal complexe, offre une variété d'abattements fiscaux adaptés à différentes situations et types de revenus. Ces abattements, conçus pour alléger la charge fiscale dans des circonstances spécifiques, se manifestent sous diverses formes, chacune répondant à des objectifs et des critères particuliers.

Abattement fiscal pour les salariés et les frais professionnels

L'un des abattements les plus courants concerne les salariés. En France, les salariés bénéficient d'un abattement forfaitaire de 10% sur leurs revenus pour couvrir les frais professionnels. Cet abattement, appliqué directement sur le salaire brut, vise à compenser les dépenses liées à l'exercice de la profession, telles que les frais de transport ou d'achat de matériel. Par exemple, un salarié gagnant 30 000 euros par an bénéficiera d'un abattement de 3 000 euros, réduisant ainsi sa base imposable à 27 000 euros.

Abattements fiscaux sur les successions et les dons familiaux

Les successions et les dons familiaux sont également sujets à des abattements fiscaux. En cas de succession, l'abattement varie selon le lien de parenté avec le défunt. Par exemple, un abattement de 100 000 euros s'applique pour les enfants héritant de leurs parents. De même, pour les dons, des abattements sont prévus selon le degré de parenté, encourageant ainsi la transmission de patrimoine au sein des familles.

Abattements spécifiques pour les personnes invalides ou seniors

Les personnes âgées de plus de 65 ans ou les personnes invalides bénéficient d'abattements spécifiques en fonction de leur revenu. Ces abattements visent à alléger la charge fiscale des personnes les plus vulnérables. Par exemple, une personne âgée percevant un revenu modeste peut se voir accorder un abattement supplémentaire, réduisant ainsi son revenu imposable et, par conséquent, l'impôt dû.

abattement fiscal – un couple de seniors dansent dans leur salon
(c) Evgeny Atamanenko - shutterstock

Abattements pour les dividendes et les valeurs mobilières

Les investisseurs en valeurs mobilières et les actionnaires de sociétés bénéficient également d'abattements fiscaux. Par exemple, un abattement de 40% est appliqué sur les dividendes reçus, réduisant ainsi la base imposable de ces revenus.

Cette mesure vise à encourager l'investissement en actions en atténuant la charge fiscale sur les revenus des capitaux mobiliers. Il est important de noter que ces abattements sont soumis à certaines conditions et peuvent varier en fonction des évolutions législatives.

Ces différents types d'abattements fiscaux illustrent la manière dont le système fiscal français cherche à s'adapter aux diverses situations des contribuables. Que ce soit pour alléger la charge fiscale des travailleurs, soutenir les personnes en situation de vulnérabilité, encourager la transmission de patrimoine, ou stimuler l'investissement, ces abattements ont un réel intérêt pour l'équilibre fiscal du pays.

L'abattement fiscal en immobilier

Le secteur immobilier, un pilier de l'économie française, bénéficie de règles d'abattement fiscal spécifiques, conçues pour encourager l'investissement tout en tenant compte des particularités du marché immobilier. Ces abattements ont un impact direct sur les décisions des propriétaires et des investisseurs immobiliers.

Abattement fiscal sur les plus-values immobilières

Cet abattement sur les plus-values immobilières s'applique lors de la vente d'un bien immobilier, réduisant l'impôt sur le gain réalisé entre le prix d'achat et le prix de vente. La règle générale stipule qu'après 22 ans de détention d'un bien, la plus-value est totalement exonérée d'impôt sur le revenu. L’exonération totale des prélèvements sociaux, elle, est effective au bout de 30 ans de détention du bien.

Les abattements pour durée de détention commencent à s'appliquer à partir de la 6ème année, avec un taux progressif qui augmente chaque année jusqu'à l'exonération totale :

Concernant les prélèvements sociaux, l’abattement fiscal fonctionne sur le même principe :

abattement fiscal – un couple de jeunes reçoivent les clés de leur maison
© 4 PM production - Shutterstock

Abattement fiscal pour les locations meublées (Airbnb) en 2024

Un autre aspect important de l'abattement fiscal en immobilier concerne les locations meublées, notamment celles effectuées via des plateformes telles qu'Airbnb. Jusqu'à récemment, les propriétaires avec le statut LMNP ou LMP bénéficiaient d'un abattement de 71 % sur leurs revenus locatifs annuels jusqu'à un seuil de 188 710€.

Cependant, des changements législatifs introduits dans la Loi de Finances 2024 sont venus réduire cet abattement, réduisant ainsi les avantages trop importants des locations meublées de tourisme par rapport à ceux des locations nues de longue durée. Cette évolution législative vise à équilibrer le marché du logement, en particulier dans les zones où la disponibilité des logements à long terme est affectée par la popularité des locations de courte durée.

L’abattement fiscal pour les meublés de tourisme classés a donc été réduit à 50% avec un plafond de revenu de 77 700€, aligné sur les locations meublées non classées. Un amendement sénatorial à ce texte a même été ratifié “par erreur”, abaissant l’abattement fiscal à 30% avec un seuil de 15 000€ de recettes, soit un alignement sur les locations nues longue durée. Les propriétaires pourront cependant bénéficier de l’abattement de 50% sur leur déclaration de revenus 2023.

Pièges et erreurs à éviter

Naviguer dans le labyrinthe de la fiscalité française, notamment en ce qui concerne l'abattement fiscal, peut s'avérer complexe et semé d'embûches. Une compréhension approfondie des règles et une vigilance constante sont nécessaires pour éviter les erreurs qui pourraient entraîner des conséquences financières indésirables. Voici quelques pièges et erreurs courants à éviter pour bénéficier pleinement des abattements fiscaux.

Non-respect des conditions d'éligibilité

Chaque abattement fiscal a ses propres conditions d'éligibilité, qu'il s'agisse de plafonds de revenus, de critères d'âge, ou de spécificités liées à la nature des revenus ou des biens. Une erreur fréquente consiste à présumer de son éligibilité sans vérifier en détail les conditions requises. Par exemple, dans le cas de l'abattement sur les plus-values immobilières, la durée de détention du bien est un critère clé. Ignorer ce détail peut conduire à une mauvaise estimation de l'impôt dû.

Erreurs dans la déclaration fiscale

Une déclaration fiscale incorrecte ou incomplète peut entraîner la perte d'abattements fiscaux. Il est essentiel de déclarer avec précision tous les revenus, les biens, et les dépenses éligibles. Les erreurs de calcul, l'omission de revenus ou de biens, ou la mauvaise interprétation des règles peuvent avoir des répercussions importantes.

Bien sûr, le droit à l’erreur est respecté dans l’administration fiscale, mais en faire une habitude reviendrait à s’ouvrir à des accusations de fraude fiscale.

abattement fiscal – une femme concentrée devant un ordinateur
©fizkes — Shutterstock

Oubli des justificatifs

Pour certains abattements, la fourniture de justificatifs est nécessaire. L'oubli ou l'absence de ces documents lors de la déclaration peut entraîner un rejet de l'abattement. Il est donc crucial de conserver tous les justificatifs pertinents et de les présenter de manière ordonnée lors de la déclaration.

Non-respect des délais

Les demandes d'abattement fiscal sont souvent soumises à des délais stricts. Ne pas respecter ces délais peut entraîner la perte du droit à l'abattement pour l'année concernée. Une planification et une préparation en amont sont donc essentielles.

Méconnaissance des changements législatifs

Les lois fiscales évoluent régulièrement. Ce qui était valable une année peut ne plus l'être l'année suivante. Il est donc important de se tenir informé des dernières modifications législatives qui pourraient affecter les abattements fiscaux.

En évitant ces pièges et erreurs, les contribuables peuvent optimiser leur situation fiscale et bénéficier pleinement des avantages offerts par les abattements fiscaux. Une vigilance et une connaissance actualisée des règles fiscales sont les clés pour une gestion fiscale efficace et conforme. Il peut être judicieux de se faire accompagner par un conseiller fiscal avant certaines prises de décision afin de ne pas prendre de risques inutiles.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
Partager sur