Quelles sont les différences entre location nue et location meublée ?

Temps de lecture estimé à environ 11 minutes.
Contrôles :
Avatar de l'auteur "Hervé KOFFEL" Hervé Koffel

le 18 janvier 2024

[ mis à jour le 18 janvier 2024 ]

SOMMAIRE

Dans le vaste monde du logement en France, l’investissement locatif se présente sous deux formes principales : la location nue et la location meublée. Chacune de ces options offre des avantages et des inconvénients distincts, tant pour les bailleurs que pour les locataires. Alors que la location nue implique la mise à disposition d'un logement sans meubles ni équipements, la location meublée, comme son nom l'indique, requiert que le logement soit équipé de tout le nécessaire pour une occupation immédiate.

Cette distinction, qui peut sembler simple en surface, entraîne en réalité une série de conséquences juridiques, fiscales et pratiques qui influencent significativement la gestion du bien, la rentabilité pour le propriétaire, ainsi que l'expérience du locataire. De la durée du bail aux obligations légales de chaque partie, en passant par les implications fiscales et la rentabilité, chaque type de location présente un ensemble unique de caractéristiques.

Nous ferons ici une comparaison de ces deux formes de location. Que vous soyez un investisseur chevronné, un propriétaire envisageant de mettre son bien en location, ou un locataire à la recherche de votre prochain logement, comprendre les nuances entre la location nue et meublée est essentiel pour naviguer efficacement dans le marché immobilier actuel.

Location nue et meublée : Définitions, caractéristiques, spécificités juridiques et contractuelles

Location nue, ou non meublée

La location nue désigne la mise en location d'un logement sans meubles ni équipements ménagers. Dans ce type de contrat, le bien est souvent décrit comme un "espace vide", laissant au locataire la liberté et la responsabilité de l'aménager selon ses goûts et besoins. Législativement encadrée, la location nue est régie par la loi du 6 juillet 1989, qui définit les droits et obligations des deux parties.

Le bail standard pour une location nue est d'une durée minimale de trois ans pour les personnes physiques et de six ans pour les personnes morales, offrant ainsi une certaine stabilité tant pour le bailleur que pour le locataire.

En termes de résiliation, pour une location nue, le locataire peut résilier le bail avec un préavis de trois mois, réduit à un mois dans certaines conditions (zone tendue, motif légitime, etc.). Pour le bailleur, donner congé au locataire nécessite un préavis de six mois avant l'échéance du bail, avec des motifs légalement définis.

Pour ce qui est du dépôt de garantie, le montant ne doit pas dépasser un mois de loyer hors charges.

Location nue ou meublée - Un appartement non meublé avec du parquet
(c) XXLPhoto - shutterstock

Location meublée

À l'opposé, la location meublée implique que le logement soit équipé de tous les éléments nécessaires à une vie quotidienne normale. La loi exige une liste minimale d'équipements pour qu'un logement soit considéré comme meublé :

Ce type de location est également régi par la loi du 6 juillet 1989, mais avec des spécificités distinctes, notamment en ce qui concerne la durée du bail. Pour une location meublée, le bail a généralement une durée d'un an, renouvelable, ou de neuf mois sans renouvellement pour les baux étudiants, offrant ainsi plus de flexibilité par rapport à la location nue.

Dans une location meublée, le préavis de résiliation de bail pour le locataire est généralement d'un mois, offrant plus de souplesse. Le bailleur, quant à lui, doit respecter un préavis de trois mois. En outre, le montant du dépôt de garantie en location meublée peut aller jusqu'à deux mois de loyer hors charges. Cette différence avec la location nue s'explique par le risque accru de dommages aux meubles et équipements fournis dans un logement meublé.

Enfin, l'état des lieux est obligatoire dans les deux types de location, mais en location meublée, il inclut également un inventaire détaillé du mobilier et des équipements. Cet inventaire est crucial pour déterminer l'état du mobilier à l'entrée et à la sortie du locataire, évitant ainsi des litiges potentiels sur d'éventuelles dégradations.

Ces deux formes de location répondent à des besoins différents et présentent des caractéristiques qui leur sont propres. La location nue tend à favoriser une relation locative à long terme, tandis que la location meublée peut être plus adaptée à des besoins de logement de courte ou moyenne durée. La décision entre ces deux options dépendra largement des objectifs et des circonstances du bailleur et du locataire.

Location nue ou meublée - Un appartement meublé moderne
(c) voronaman - shutterstock

Fiscalité et rentabilité

Implications fiscales

La fiscalité est un autre aspect qui distingue la location nue de la location meublée. Dans le cadre de la location nue, les revenus perçus sont considérés comme des revenus fonciers et sont soumis à l'impôt sur le revenu ainsi qu'aux prélèvements sociaux.

En revanche, les revenus issus de la location meublée sont classés comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Ce régime fiscal permet deux options : le régime micro-BIC, offrant un abattement de 50% pour les locations meublées non professionnelles (LMNP), et le régime réel, où les charges réelles et les amortissements sont déductibles. Ce régime peut être particulièrement avantageux pour les propriétaires, car il permet une réduction significative de la base imposable.

Rentabilité des locations meublées ou nues

La rentabilité d'un investissement locatif dépend de plusieurs facteurs, dont le type de location choisi. En général, les loyers perçus dans le cadre d'une location meublée sont plus élevés que ceux d'une location nue, compensant ainsi les coûts supplémentaires liés à l'ameublement et à l'entretien du bien. La location meublée peut offrir une rentabilité brute plus élevée, mais elle peut aussi impliquer des coûts d'entretien plus importants et un taux de rotation plus élevé des locataires, ce qui peut entraîner des périodes de vacance.

En comparaison, la location nue peut présenter une rentabilité brute inférieure, mais elle offre souvent une plus grande stabilité avec des locataires à long terme et des coûts d'entretien généralement moins élevés. De plus, la possibilité de créer un déficit foncier en location nue peut être un avantage fiscal non négligeable pour certains bailleurs.

Le Statut LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel)

Le statut de Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP) est destiné aux bailleurs qui louent des biens meublés. Ce statut, qui existe depuis 1949, est particulièrement adapté pour ceux qui considèrent la location meublée comme un complément de revenus plutôt qu'une activité principale. Pour bénéficier de ce statut, le bailleur doit respecter certaines conditions :

Aujourd’hui, de plus en plus de programmes immobiliers neufs à Montpellier et dans les autres grandes métropoles sont des résidences de services investir en LMNP.

Location nue ou meublée - Une femme en train de remplir ses déclarations aux impôts
(c) chayanuphol - shutterstock

Avantages fiscaux du statut LMNP

Comme précisé plus haut, la location meublée opère sur une fiscalité différente. Les revenus générés sont imposés dans la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC), offrant deux régimes d'imposition : le micro-BIC et le régime réel.

Micro-BIC : Ce régime s'applique par défaut et offre un abattement forfaitaire de 50 %, simplifiant les obligations déclaratives. Pour les meublés classés de tourisme, l’abattement, anciennement à 71%, a été récemment aligné également à 50%.

Régime réel : Plus complexe, ce régime permet la déduction de toutes les charges réelles ainsi que l'amortissement du bien et du mobilier. Il est souvent plus avantageux pour les propriétaires ayant des charges importantes. Ce régime est appliqué automatiquement si les recettes locatives annuelles sont supérieures à 72 600€.

Une mesure drastique concernant la fiscalité des meublés de tourisme a été promulguée “par erreur” lors de l’adoption du projet de loi de finances 2024, passant l’abattement forfaitaire à 30% (aligné sur les locations nues). L’erreur a été reconnue par le gouvernement, qui a manifesté sa volonté de corriger le tir, mais nous ne savons pas encore quand cela sera fait.

Récupération de la TVA

En investissant dans un bien meublé neuf situé dans une résidence de services, les bailleurs LMNP peuvent récupérer la TVA sur le prix d'acquisition, ce qui réduit considérablement le coût de l'investissement.

Inconvénients et gestion du statut LMNP

Bien que le statut LMNP offre des avantages fiscaux significatifs, il présente aussi certains inconvénients :

Investissement initial plus élevé : Acheter un logement et les meubles pour l’équiper implique un coût initial plus important.

Gestion plus complexe : La location meublée implique souvent une rotation plus élevée des locataires, nécessitant une gestion plus active. Cela peut être évité en investissant en LMNP dans une résidence de services (résidence étudiante, senior, etc.) gérée par un organisme spécialisé, qui s’occupera de l’administration et de la gestion quotidienne du logement.

Découvrir nos programmes neufs avec logements en LMNP
Location nue ou meublée - 3 petites maisons placées sur des piles de pièces
©jaturonoofer — Shutterstock

Avantages et inconvénients d’une location en nu ou en meublé

Pour les bailleurs

La décision entre location nue et meublée dépend largement des objectifs et des préférences du bailleur.

Avantages de la location nue :

Inconvénients de la location nue

Avantages de la location meublée :

Inconvénients de la location meublée :

Pour les locataires

Les locataires ont également des considérations différentes selon le type de location.

Avantages de la location nue

Inconvénients de la location nue

Avantages de la location meublée

Inconvénients de la location meublée

Location nue ou meublée - un couple se projette en dessinant des meubles sur les murs d’un appartement vide
(c) Pixel-Shot - shutterstock

Cas particuliers

La location meublée offre des options spécifiques qui répondent à des besoins particuliers, notamment le bail étudiant et le bail mobilité. Ces formes de location sont conçues pour offrir une flexibilité accrue et répondre à des situations spécifiques.

Le bail étudiant est une forme de location meublée destinée, comme son nom l'indique, aux étudiants. Il a une durée fixe de neuf mois, sans renouvellement automatique, ce qui correspond au cycle académique et le locataire peut quitter le logement à la fin du bail sans avoir besoin de donner un préavis. C’est la solution idéale pour les étudiants qui ont besoin d'un logement pour la durée de l'année universitaire sans engagement à long terme.

Le bail mobilité est une autre forme spécifique de location meublée, introduite pour répondre aux besoins des personnes en situation de mobilité professionnelle ou académique. C’est un bail de courte durée, allant d’un à dix mois, non renouvelable. Il est destiné aux personnes en formation, en études supérieures, en stage, en service civique, en mission temporaire ou en mutation professionnelle. Le bail mobilité offre une grande souplesse pour les locataires en situation de mobilité, sans nécessiter un dépôt de garantie.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
Partager sur