Transport à Montpellier : le nouveau plan de mobilité dévoilé

Temps de lecture estimé à environ 8 minutes.

Publié le 04 mars 2021 par

Charlotte Guehennec Avatar de l'auteur "Charlotte GUEHENNEC"

SOMMAIRE

Julie Frêche, vice-présidente en charge des mobilités à Montpellier, a présenté la nouvelle stratégie des transports de la métropole. Souhaitant créer un “choc des mobilités” à l’horizon 2025, ce plan de grande envergure souhaite changer les habitudes de déplacement des Montpelliérains, pour une “mobilité décarbonée”. Une enveloppe de 150 millions d’euros est allouée à ce projet ambitieux qui s’accorde avec la politique écologique de la municipalité.

©JaySi -Shutterstock

Montpellier, une ville en pleine croissance démographique

7ème ville de France avec 285 121 habitants (chiffres INSEE 2017), la ville de Montpellier connaît une croissance démographique rapide et continue depuis plusieurs années. En 10 ans, la population étudiante a progressé de 27 % pour atteindre près de 80 00 étudiants à ce jour, soit 18 % de la population totale. Montpellier est ainsi la 4ème ville étudiante de France selon le classement annuel du magazine l’Étudiant.

Une évolution qui s’explique par les nombreux cursus universitaires de la ville et un cadre de vie agréable au bord de la Méditerranée.

En 2030, on estime que Montpellier comptera plus de 320 000 habitants. Une explosion démographique qui oblige la ville à adapter son paysage urbain et son réseau de transports.

La métropole de Montpellier comprend 31 communes et 457 839 habitants au total. Selon l’INSEE, Montpellier Méditerranée Métropole compterait entre 569 000 et 585 000 habitants en 2040. Soit 3 000 ménages supplémentaires chaque année.

Le rapport de la ville indique que Montpellier peut déjà se féliciter de ses services de transports, utilisés par de très nombreux Montpelliérains. En 2017, 84 millions de voyageurs annuels ont emprunté le réseau de tram et le dispositif de vélo en libre-service a enregistré une hausse de 4 % de ses usagers, avec 215 307 locations. Le forfait parking-tramway du TAM est également de plus en plus utilisé : +3,11 %.

Une stratégie de transport sur mesure à Montpellier

Selon Julie Frêche, « 55 % des déplacements sont inférieurs à 3 km et 41 % sont réalisés en voiture.” Un constat qui fait partie des premiers points d’étude du plan de mobilité de la ville. Pour réduire l’usage de la voiture à Montpellier, la municipalité va imposer une limitation de vitesse à 30 km/h dans toute l'agglomération à partir de juillet 2021. Certains grands axes resteront néanmoins limités à 50 Km/h. Le covoiturage sera également incité par la construction de zones de stationnement dédiées et stratégiquement localisées aux entrées de la ville.

L’essentiel de ce nouveau projet sur les transports de Montpellier, repose sur la part donnée aux déplacements doux. 50 millions d’euros sont ainsi attribués au développement des mobilités actives : marche à pied, vélo, trottinettes...

©Halfpoint -Shutterstock

Moyen de transport doux, le vélo est fortement mis en valeur dans ce plan de mobilité. Avec 2 600 heures d’ensoleillement par an à Montpellier, son utilisation est naturellement favorisée ! Environ 20 km de pistes cyclables vont être ajoutés au réseau existant qui bénéficiera d’une sécurisation de tous ses itinéraires. Le projet porté par Julie Frêche comprend également la construction de garages à vélos sécurisés et de places de stationnement dédiés aux vélos dans les parkings de la ville.

Mesure phare annoncée par le nouveau maire de Montpellier, Michaël Delafosse, la gratuité des transports en commun le weekend est entrée en vigueur le 05 septembre 2020. Les habitants de la métropole peuvent désormais voyager gratuitement à bords des bus et des 4 lignes de tramway du réseau TAM, hors semaine. Les enjeux sont très clairs : agir face au changement climatique avec un transport plus écologique, soutenir le pouvoir d’achat des ménages, et renforcer l’attractivité des commerces. Un service gratuit d’autant plus apprécié en temps de crise sanitaire et économique. En septembre 2021, ces transports seront gratuits en semaine pour les – de 25 ans et les + de 65 ans, et à terme, la gratuité sera totale pour tous.

Montpellier est par ailleurs la 1ère ville de l’Hérault à proposer la gratuité de ses services de transports.

Pour aller encore plus loin, le nouveau plan de mobilité de Montpellier va étendre le réseau de tramway TAM. La ligne 1 du tram, la plus fréquentée du réseau avec 126 000 voyageurs par jour, sera prolongée jusqu’à la gare Sud de France. Une extension opérationnelle en 2024 qui permettra de desservir le futur pôle urbain de la ZAC Cambacérès. Avec la halle de l’innovation, le lycée Pierre-Mendès France, la Montpellier Business School ou encore le siège de la CCI... se sont plus de 25 000 personnes qui pourront emprunter ce nouveau tracé du TAM.

Le tramway va également bénéficier d’une nouvelle ligne, livrée en 2025. La ligne 5 comprendra 26 stations sur 17 kms, pour transporter environ 80 000 voyageurs quotidiennement.

©Leonid Andronov -Shutterstock

En bref: TAM, le réseau de tramway de Montpellier

  • Mise en service de la première ligne de tram le 30 juin 2000
  • En 2025, 5 lignes de tramway seront opérationnelles sur tout le réseau montpelliérain
  • Environ 66 300 000 passagers par an circulent en tram
  • Vitesse maximale de 70 km/h
  • Le design des rames de la ligne 3 été créé par le célèbre couturier Christian Lacroix

Sur 50 kms, ce nouveau réseau de quatre lignes de bus à haut niveau de service permettra une desserte plus rapide de la ville. Ces 60 bus fonctionneront à l’électricité, à l’hydrogène ou au gaz naturel, et desserviront les arrêts suivants :

Avec une mise en service prévue entre 2023 et 2025, ce réseau de bus à Montpellier entend assurer des trajets les plus directs possibles aux 100 000 habitants concernés par cette mesure.

Soucieuse de proposer un transport plus écologique, la municipalité de Montpellier mise également sur l’usage du train. Avec la création d’une nouvelle halte ferroviaire à Sablassou, le plan de mobilité encourage l’intermodalité des transports. Cette nouvelle halte desservira les bassins d’emplois de Sablassou, Eurêka, Millénaire et Pompignane.

Agir pour une métropole plus verte

Le plan de mobilité de Montpellier correspond à la volonté de proposer un urbanisme plus respectueux de l’environnement. La municipalité souhaite activement réduire les émissions de CO2, et valoriser les transports vertueux. Une transition écologique engagée, qui se traduit par des actions et services déjà en place au sein de la métropole.

©Picturereflex -Shutterstock

« 90% des habitants de la Métropole résident et travaillent dans la Métropole. Il faut donc développer les mobilités partagées » indique Julie Frêche. Pour inciter au covoiturage sur les déplacements domicile-travail, la métropole s’est récemment associée à l’entreprise Klaxit. Un service en place du 1er mars 2021 au 1er janvier 2022. Dans les faits, les Montpelliérains sont incités via une compensation financière :

Pour les conducteurs :

  • De 2 à 20 km : 2 € par passager transporté.
  • Au-delà de 20 km : 0,10 € par km supplémentaire par passager.

Pour les passagers :

  • De 2 à 40 km : trajets gratuits.
  • Au-delà de 40 km : 0,10 € par km réalisé au-delà du 40ème kilomètre.

Afin de favoriser ce mode de transport, le Département de l’Hérault a également aménagé 390 places de covoiturage sur 14 aires de stationnement dédiées.

L’opération de subvention pour l’achat d’un vélo électrique est un véritable succès. Lancée le 1er novembre 2020, cette aide universelle pour l’acquisition d’un vélo à assistance électrique soutient les mobilités alternatives. La prime délivrée par la collectivité, à la seule condition d’acheter un vélo électrique chez un vendeur de l’agglomération jusqu’au 31 août 2021, s’élève à :

Ce dispositif est cumulable avec d’autres aides (du département de l’Hérault, de la Région et de l’État) et permet aux habitants de Montpellier aux ressources les plus modestes, de percevoir jusqu'à 1 150 € de subventions.

Résolument tournée vers une démarche de développement durable, la municipalité de Montpellier change le visage de la ville pour lui offrir plus de verdure. Dès le 04 octobre 2020, le plan de végétalisation a débuté par la place de la Comédie, première étape d’un projet de 260 000 euros.

“Végétaliser nos cités est l'une des solutions les plus efficaces et les plus adaptées pour lutter contre le réchauffement climatique et les rendre plus résilientes face aux risques. C'est aussi une volonté de réembellir la place emblématique de la ville et de la métropole. » précise Michaël Delafosse, Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole.

©Picturereflex -Shutterstock

L’immobilier neuf écoresponsable

Paysage urbain plus vert, transports plus écologiques, aménagement des territoires... autant de réalisations opérées par Montpellier pour une ville en faveur du développement durable. L’immobilier apporte sa pierre à l’édifice de l’écologie et propose des logements éco-responsables.

Dans la métropole héraultaise, les écoquartiers s’imposent comme des modèles de construction plus vertueux : Parc Marianne et Ovalie proposent à eux deux 5 400 logements dans un environnement favorisant les déplacements doux, ainsi que la mixité sociale et économique.

Dans le cadre de la transition écologique, les acteurs de la construction et de la promotion immobilière innovent et proposent un habitat moins énergivore.L’immobilier neuf à Montpellier, comme partout en France, respecte ainsi les normes environnementales en vigueur. À l’horizon 2022, la RT 2012, qui plafonne la consommation des logements à 50 kW/h/m², laissera la place à la Réglementation Environnementale 2020. Avec comme 1er objectif de réduire l’impact carbone des bâtiments, la RE2020 est en totale cohérence avec la politique de la ville de Montpellier.

Les appartements neufs bénéficient d’une isolation phonique et thermique optimisée. L’installation d’un système de domotique permet aux résidents de contrôler à distance leurs équipements et de suivre leur consommation d’énergie en temps réel. Enfin, les matériaux utilisés pour le bâti sont durables et la répartition des pièces favorise une luminosité naturelle des intérieurs.

Autant d’éléments qui font de l’immobilier neuf un acteur majeur de la croissance verte, développée dans la métropole de Montpellier.

©Picturereflex -Shutterstock
Partager sur