Avenue de l’Europe à Castelnau-le-Lez : urbanisera ou n'urbanisera pas ?

Temps de lecture estimé à environ 6 minutes.
Avatar de l'auteur "Charline N." Charline N.

le 04 août 2021

SOMMAIRE

L’avenue de l’Europe à Castelnau-le-Lez était originellement bordée de grands hangars commerciaux. Le visage de cette zone à l’aspect industriel a bien changé en quelques années, avec l’arrivée de la 2e ligne de tramway en décembre 2006. Elle a en effet considérablement amélioré l’accessibilité de ce territoire et a participé au développement de l’immobilier neuf à Montpellier.

Plus d’une décennie plus tard, des habitants et des élus reprochent à l’avenue de l’Europe d’être trop construite et trop bétonnée. Ils demandent le retour de la nature et d’espaces verts, ainsi que l’aménagement de voies cyclables sécurisées.

Une étude de requalification

La municipalité a donc engagé début 2021 une étude urbaine pour requalifier cet axe. Elle porte du rond-point Charles de Gaulle jusqu’à la frontière avec la commune du Crès. Les résultats ont été dévoilés en juin dernier, et les élus de Castelnau-le-Lez ont déjà validé à l’unanimité les principes et le périmètre de requalification suggérés par l’étude.

Cette enquête a mis en exergue de grands principes qui feront évoluer l’aménagement de l’avenue de l’Europe de Castelnau-le-Lez :

  • Ralentir la densification urbaine
  • Aménager plus d’espaces verts
  • Optimiser la circulation autour des mobilités douces
  • Instaurer un coefficient d’emprise au sol permettant d’optimiser la perméabilité des sols. C’est le principe des 50 % déjà annoncés par le maire de Montpellier dans le cadre du futur PLUi, ayant pour but de favoriser la création de parcs urbains.
  • Construire de larges trames viaires végétalisées

De nouvelles règles d’urbanisation

Suite à cette étude, la commune a donc décidé de changer les règles d'urbanisation sur l'avenue de l'Europe. Elle souhaite notamment ralentir la densification, en passant de 3 000 logements potentiellement constructibles à 1 500 logements neufs à Castelnau-le-Lez.

Pour diviser par deux le nombre de logements potentiellement constructibles, elle impose des contraintes techniques aux promoteurs.

"Nous allons, par exemple, imposer une emprise au sol des nouveaux bâtiments afin de garantir une perméabilisation de 30 à 50 %. Les travaux ont été faits avec le tram mais si nous continuions à construire nous serions revenus 15 ans en arrière"

Frédéric Lafforgue, maire de Castelnau-le-Lez

Il rappelle également qu’il y a 20 ans, des immeubles de 7 à 8 étages avaient été imaginés le long de la ligne du tram dans le but de loger les nouveaux habitants de la ville. Depuis, de nombreuses réflexions et évolutions ont eu lieu, afin de s'éloigner de cette version très construite de l’avenue de l’Europe de Castelnau-le-Lez.

Les résultats de l’étude rapportent également la création de grands passages perpendiculaires à l’avenue de l’Europe, afin d’aérer l’espace et de faciliter la circulation des habitants. Ces traversées, de 7 m de large, donneront sur l’avenue de la Galine et les Perrières, mais aussi au sud, vers la plaine de jeux Jean Fournier et le futur groupe scolaire Jacques Chirac.

La perméabilisation des sols

Un autre point important défini par l’étude est l’instauration de plus de sols perméables et écologiques sur ce territoire. Ainsi, le principe d’un coefficient d’emprise au sol a été acté (entre 30 et 50% de la parcelle). Il permet de dédensifier l’espace et de retrouver plus d’espaces végétalisés et aérés. Les sols perméables optimisent également la gestion des eaux pluviales et empêchent la création d’îlots de chaleur en ville.

Une mutation des transports

©Alex Yuzhakov - Shutterstock

Si une partie de l’étude concernant l’avenue de l’Europe de Castelnau-le-Lez porte sur les transports, aucune conclusion n’annonce la fermeture de cet espace aux voitures. L’enquête a principalement porté sur la diminution de la circulation et elle propose des nouveaux principes de mobilité à développer à l'avenir :

L’équipe municipale de Castelnau-le-Lez lance d’ailleurs régulièrement des études techniques de faisabilité et d’impact des déplacements intermodaux, avec les services de la métropole de Montpellier et des associations d’usagers (associations de quartier, Vélocité, Motards en colère, ambulanciers, pompiers…).

De nouveaux bâtiments emblématiques

La conception de trois bâtiments, nommés “Signal”, est développée dans l’étude et déjà validée par les élus. Ces immeubles seront emblématiques du nouveau souffle donné à l’avenue de l’Europe. Ils privilégient le principe d’une densité verticale couplée à une grande élégance architecturale.

Le premier de ces immeubles se situe face à l’îlot Prado-Concorde sur le rond-point Charles-de-Gaulle. Un autre prendra place dans le secteur de la station des centurions et le dernier sera à la frontière avec la commune du Crès.

La création de ces bâtiments de hauteurs plus importantes sert à casser le rythme de l’avenue. L’emprise foncière sur les parcelles s’en trouvera ainsi nettement diminuée, laissant plus de place à la végétation.

©VOJTa Herout - Shutterstock

Le projet du groupe scolaire Jacques-Chirac, qui se situe sur le terrain d’entraînement du stade Jean-Fournier, fait également partie de ces bâtiments proposant des innovations technologiques et écologiques avant-gardistes.

Il est construit en matériaux locaux et biosourcés. Les cours de récréation sont arborées avec des espaces verts et des surfaces minérales perméables. Elles seront ouvertes au public pendant les vacances scolaires et deviendront un parc urbain. C’est l’école de demain qui est imaginée dans ces locaux particulièrement novateurs.

Le retour de la nature

En plus de la limitation des nouvelles constructions sur l'avenue de l'Europe, la mairie souhaite créer davantage de parcs urbains. Ils verront le jour en fonction des opportunités foncières rencontrées.

Les nouvelles constructions seront toutes situées en retrait par rapport à l’avenue, et non juste au bord. L’espace dégagé sera alors végétalisé afin d’offrir de belles promenades aux habitants et une meilleure qualité de vie globale.

©BalanceFormCreative - Shutterstock

Toutes ces dispositions ont été élaborées en collaboration avec les services de la métropole de Montpellier. Elles seront inscrites dans le règlement du futur Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi), dont l’approbation est prévue fin 2023.

En bref, l’avenue de l’Europe de Castelnau-le-Lez accueillera de nouveaux logements, pour répondre à une demande grandissante, tout en privilégiant des constructions verticales et écologiques qui laissent de grandes zones disponibles au sol pour les espaces verts. L’accent sera également mis sur le développement de l’offre de transport en commun (lignes de bus) et de mobilité douce (pistes cyclables sécurisées).

Partager sur