Le Bail Réel Solidaire (BRS) : Une révolution pour l'accession à la propriété en France

Temps de lecture estimé à environ 7 minutes.
Contrôles :
Avatar de l'auteur "Hervé KOFFEL" Hervé Koffel

le 24 août 2023

[ mis à jour le 24 août 2023 ]

SOMMAIRE

Dans un contexte immobilier français marqué par une croissance soutenue des prix, l'accession à la propriété est devenue un défi majeur pour bon nombre de ménages. Entre les zones dites "tendues" où la demande excède largement l'offre, et les régions où le pouvoir d'achat peine à suivre l'inflation immobilière, trouver un logement abordable relève presque du parcours du combattant. Il est donc nécessaire qu’un nouveau dispositif vienne s’ajouter à l’accession à prix maîtrisés et à la part obligatoire de logements sociaux dans les programmes immobiliers neufs, pour permettre au plus grand nombre d’accéder à la propriété.

C'est dans cette optique que le Bail Réel Solidaire (BRS) a été introduit. Envisagé comme une réponse innovante aux problématiques d'inclusion et d'équité dans le secteur immobilier, le BRS propose une alternative à la fois pour les potentiels acquéreurs et pour les collectivités désireuses de réguler leur marché du logement. Mais qu'est-ce que le BRS ? Comment s'inscrit-il dans la dynamique actuelle du marché immobilier français ? Cet article se propose de démystifier ce dispositif et d'en expliquer les contours.

Historique et origine du BRS

Le paysage immobilier a toujours été un enjeu central des politiques publiques françaises. Au fil des années, divers dispositifs ont été mis en place pour faciliter l'accès au logement et réguler le marché. C'est dans ce cadre d'innovation et de recherche de solutions pérennes que le Bail Réel Solidaire (BRS) a vu le jour.

La première évocation de ce mécanisme remonte à la loi pour l'Accès au Logement et un Urbanisme Rénové, plus communément appelée loi "Alur", adoptée en 2014. Cette loi, portée par la ministre du logement de l'époque, Cécile Duflot, avait pour ambition de réguler les prix du marché immobilier, surtout dans les zones tendues, tout en favorisant l'accès au logement pour tous.

Cependant, si la loi "Alur" a posé les bases du BRS, c'est véritablement la loi "Élan" de 2018 qui a consolidé et renforcé ce dispositif. Avec cette nouvelle loi, l'État français a souhaité non seulement encourager la production de logements abordables, mais aussi lutter contre la spéculation immobilière, phénomène particulièrement marqué dans certaines métropoles et zones touristiques.

Au cœur de ces réglementations, l'idée maîtresse était de concevoir un mécanisme permettant de dissocier la propriété du foncier de celle du bâti. Une vision radicalement différente de l'approche traditionnelle de l'immobilier, et qui avait pour objectif de rendre le logement accessible, tout en préservant le tissu social des territoires.

En somme, le BRS est le fruit d'une prise de conscience collective sur les enjeux majeurs du logement en France. Conçu comme un outil d'intervention publique, il se positionne aujourd'hui comme une alternative viable face aux défis croissants de l'immobilier.

bail réel solidaire – des petites maisons sur des dossiers passés à la loupe
© SvetaZi - shutterstock

Le fonctionnement du Bail Réel Solidaire

Le Bail Réel Solidaire (BRS) est un mécanisme novateur, mais pour en saisir pleinement l'essence, il est essentiel de comprendre son fonctionnement détaillé.

Séparation du foncier et du bâti

Au cœur du dispositif BRS, on trouve la dissociation entre le foncier et le bâti, une idée révolutionnaire dans le paysage immobilier traditionnel. Comment cela se traduit-il ?

Organisme de Foncier Solidaire (OFS) : Cet organisme, généralement une structure à but non lucratif, détient et gère le foncier. Lorsqu'un acquéreur s'intéresse à un bien immobilier relevant du BRS, il n'achète que le bâtiment (maison, appartement) mais pas le terrain sur lequel il est construit. Ce dernier reste la propriété de l'OFS.

Longue durée du bail : En contrepartie, l'acquéreur signe un bail d'une durée très longue, souvent jusqu'à 99 ans. Cela lui assure une stabilité similaire à une propriété classique, avec l'avantage d'un coût initial réduit.

Les conditions d'accès

Le BRS n'est pas ouvert à tous. Il a été conçu pour répondre à une problématique précise : permettre à des ménages aux revenus modestes d'accéder à la propriété.

Plafonds de ressources : Les candidats à l'acquisition via un BRS doivent respecter des plafonds de ressources, définis en fonction de la composition du foyer et de la zone géographique.

Autres critères : Outre les conditions financières, des critères tels que la composition familiale ou encore la situation professionnelle peuvent être pris en compte pour déterminer l'éligibilité d'un ménage.

Les spécificités du bail

Le BRS ne ressemble à aucun autre contrat immobilier. Voici quelques-unes de ses spécificités :

Encadrement de la revente : Si l'acquéreur souhaite un jour revendre son bien, il devra respecter un prix de revente encadré. L'objectif ? Préserver la vocation sociale du logement et éviter la spéculation.

Reversibilité : A la fin du bail, ou si les conditions ne sont pas respectées, le logement revient à l'OFS. Cette clause garantit que le bien reste durablement dans le parc de logements abordables.

En résumé, le BRS se présente comme une alternative adaptée à la réalité économique de nombreux ménages. En dissociant foncier et bâti, et en encadrant strictement les conditions d'accès et de revente, il pose les bases d'un marché immobilier plus solidaire et équitable.

bail réel solidaire – une loupe sur une checklist à côté d’une maison
©Midnight Studio TH – Shutterstock
Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous

Les avantages du BRS

Le Bail Réel Solidaire ne serait pas autant plébiscité s'il n'offrait pas une panoplie d'avantages distinctifs. Ces avantages touchent différentes parties prenantes, de l'acquéreur aux collectivités, en passant par la société dans son ensemble.

Pour les acquéreurs

Pour les collectivités

Pour la société en général

Le BRS, par son essence, est un rempart contre la spéculation immobilière. En dissociant le foncier du bâti et en encadrant les prix de revente, le dispositif empêche que les logements ne deviennent des actifs purement spéculatifs.

De plus, la société bénéficie d'un accroissement du parc de logements à coût maîtrisé, permettant à davantage de citoyens de se loger décemment.

En résumé, les avantages du BRS s'étendent bien au-delà de la simple acquisition immobilière. C'est un instrument qui a le potentiel de transformer en profondeur le paysage immobilier français, en mettant l'humain et la solidarité au cœur de sa démarche.

bail réel solidaire – un couple qui vient d’emménager
©Roman Samborskyi - Shutterstock

Les limites et critiques du BRS

Comme tout dispositif, le Bail Réel Solidaire (BRS) n'est pas exempt de critiques et présente certaines limites qu'il convient de considérer pour en avoir une compréhension complète.

Tout d’abord, malgré son potentiel, le BRS reste méconnu du grand public. Beaucoup de ménages éligibles ignorent son existence ou ses spécificités, réduisant ainsi son impact réel sur le marché immobilier.

La mise en œuvre du BRS implique également de nombreux acteurs, de l'Organisme de Foncier Solidaire (OFS) aux collectivités locales, en passant par les banques. Cette multiplicité peut engendrer des lenteurs et des complexités administratives.

Étant un dispositif encore relativement nouveau, certains établissements bancaires sont encore frileux face au BRS, le percevant comme un risque ou manquant simplement d'expérience avec ce type de dispositif. Aujourd’hui très peu de banques accordent des prêts pour des BRS car ils ont trop de doutes sur le financement. Cela rend évidemment la chose plus ardue pour les potentiels acquéreurs.

En outre, si le BRS encadre la spéculation il peut aussi, dans certains cas, freiner les propriétaires souhaitant revendre leur bien. Les plafonnements de prix peuvent rendre le bien moins attractif sur le marché, surtout si les prix de l'immobilier local ont fortement augmenté.

Le dissociation entre le foncier et le bâti, substantifique moëlle du BRS, pose la question de la valorisation du patrimoine sur le long terme. Sans la propriété du terrain, l'appréciation de la valeur du bien peut être limitée, ce qui peut poser des inquiétudes pour les acquéreurs envisageant leur achat comme un investissement sur le long terme.

Comme tout dispositif législatif, le BRS peut être sujet à des modifications ou des remises en question selon les évolutions politiques et les pressions du marché immobilier au fil du temps.

Malgré ces limites, il est essentiel de considérer le BRS dans son ensemble, en pesant à la fois ses avantages et ses inconvénients. Si certaines de ces préoccupations sont légitimes, elles peuvent aussi être le reflet d'une période d'adaptation nécessaire pour tout nouveau dispositif ambitieux cherchant à révolutionner un secteur bien établi.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
Partager sur