Le nouveau visage du Campus Elsa Triolet - Boyer-Gibaud Percheron Assus architectes mandataires & TRACE architectes associés / Opération Campus / Université de Montpellier / COMUE

Montpellier mise sur ses campus pour booster son attractivité

Publié le 30 décembre 2019 par
Gilles Vidotto
Avatar Gilles VIDOTTO
Le nouveau visage du Campus Elsa Triolet

Montpellier est la 7e ville étudiante de France. À ce titre, la métropole développe un projet appelé “Opération Campus”. Au début du mois de mars 2019, le maire et ses conseillers ont annoncé l’ensemble des projets constituant le plan Campus. L’objectif de cette initiative urbaine est de dynamiser les campus existants pour en faire de véritables lieux de vie, puis les fédérer pour accroître leur visibilité internationale.

La COMUE Languedoc Roussillon Universités est l’un des principaux acteurs, avec l’État et la Région Languedoc Roussillon. Tous sont unis en faveur de l’Enseignement Supérieur et la Recherche au sein de la ville de Montpellier.

570 M€ ont été investis dans l’Opération Campus. L’ambition de cette démarche est de développer des sites d’excellence ayant un important rayonnement international. C’est pour cela que les campus montpelliérains ont besoin d’être rénovés et modernisés tout en restant ouverts sur la ville.

Les avancées du Plan Campus

Le mardi 5 mars 2019, la métropole montpelliéraine a fait le point sur les actions d’accompagnement qui seront menées par les partenaires publics dans le cadre du plan Campus. Il vise tout d’abord à construire les nouveaux équipements prévus dans le cadre du contrat conclu entre l’Université et l’État, puis à désenclaver l’ensemble des campus de la ville et les ouvrir sur les nouveaux espaces publics.

En 2008, l’État avait lancé un appel à candidatures pour améliorer la qualité de vie sur les campus et créer de nouveaux équipements. La ville de Montpellier avait alors décroché une dotation de l’État de 325 M€. L’agglomération et Montpellier métropole ont respectivement ajouté une dotation de 144.855 M€ et de 104.251M€, ceci portant l’investissement global du Plan Campus à 570M€.

Équipements et espaces publics

Entre 2013 et 2016, le nombre d’étudiants à Montpellier a augmenté de plus de 9%, portant ainsi le nombre total d’inscrits dans les universités et écoles supérieures à 76.432. C’est pour cela que le projet urbain doit se prolonger jusqu’en 2022 et doit se décliner en deux grands axes : l’aménagement de l’espace public et la construction de nouveaux équipements universitaires.

« Nous avons intégré le Plan Campus dans le PLU de Montpellier pour réfléchir à un aménagement complet intégrant dans une vue d’ensemble les nouveaux équipements, les aménagements paysagers, les nouveaux espaces publics, les projets immobiliers avec du commerce de proximité, les modes de transports doux priorisant le vélo et le tram, ainsi qu’une réorganisation de la circulation aux abords et sur les campus »
Chantal Marion, vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole déléguée au développement économique, à l’enseignement supérieur et recherche
La place Eugène Bataillon relooké et végétalisée va devenir un espace public vivant, tout en conservant sa fameuse statue

La Place Eugène Bataillon et la Place de la Voie Domitienne repensées et végétalisées

Deux grands parvis doivent être requalifiés dans le cadre de l’Opération Campus. Il s’agit de la Place Eugène Bataillon, située à proximité de la Faculté des Sciences de Montpellier, et la Place de la Voie Domitienne, proche de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Ces deux espaces vont être retravaillés et végétalisés afin d’offrir un cadre de vie plus agréable et convivial aux étudiants.

Au sein de la Place Eugène Bataillon, un bassin de rétention d’eau enterré de 1.000 m3 va être créé. Cette place sera, par ailleurs, entièrement piétonne et équipée d’arceaux, avec de grandes îles vertes plantées. Une piste cyclable traversera la place et la circulation automobile sur le site sera limitée.

Concernant la place de la Voie Domitienne, la collectivité prévoit l’aménagement d’un bassin hydraulique enterré de 4.650 m3 : « Ici, nous aurons également une place dédiée aux piétons et végétalisée. Elle sera également connectée à la station de tramway et longée par une piste cyclable », détaille Chantal Marion.

Des campus ouverts sur la ville

Le facteur le plus important de l’opération est la requalification des campus de la ville. Actuellement, ils sont fermés sur eux-mêmes et ne sont en rien des lieux de vie conviviaux. Il est alors important de les transformer et de les rendre plus ouverts aux étudiants et aux Montpelliérains. Pour cela, les campus doivent être repensés pour constituer des espaces publics qui soient propices au développement de la vie urbaine. Une importante phase de végétalisation de l’espace est aussi programmée.

« Notre philosophie est d’anticiper les enjeux urbains de demain. Il s’agit notamment de constituer des espaces publics et des espaces végétalisés ouverts sur la ville, fonctionnant en interface avec les quartiers environnants et propices au développement de la vie urbaine avec, par exemple, la création de commerces de proximité et des services. Il fallait ouvrir les campus sur la ville et la ville sur les campus, c’est ce que nous avons fait »
Chantal Marion, vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole déléguée au développement économique, à l’enseignement supérieur et recherche
La terrasse du village des sciences

Le village des sciences

Le chantier de la construction du village des Sciences de Montpellier a démarré le 12 mars 2018. Il se situe à proximité de la place Eugène Bataillon sur le site de l’Université de Montpellier. Il se compose de quatre pôles : A, B, C et D. La conception de ces nouveaux ensembles a été confiée à l’agence Boyer-Gibaud Percheron Assus et Trace Architecte Associés.

« C'est une étape importante de la reconfiguration totale du campus. Ce projet ambitieux va voir le jour après huit ans d'hésitations sur les montages juridiques. »
Philippe Augé, président de l'université de Montpellier

Le pôle A (9.000 m²) prend place sur le site Elsa Triolet. Ce campus a été construit en 1960 et il occupe 2.5 hectares de surface. Il est constitué de locaux qui seront consacrés à l’enseignement en amphithéâtres, de salles de TD et de salles d’informations mutualisées. Cet espace sera aussi pourvu de services administratifs et techniques et il intégrera un poste de sécurité-sûreté. La construction du pôle A a été pensée pour qu’il soit la porte d’entrée du site et qu’il soit directement en relation avec le reste de la ville.

Le pôle B sera dédié aux enseignements pratiques spécialisés en Chimie Générale et Chimie Organique. Le pôle C sera consacré à la formation en Ingénierie. Enfin, le pôle D (4.000 m²) sera un lieu d’enseignement pratique spécialisé en biologie-écologie. Pour cela, il sera composé de salles de travaux pratiques et de locaux annexes.

De plus, le campus Triolet bénéficiera d’une végétalisation de son espace, avec plus d’une centaine d’arbres plantés. Par ailleurs, de nombreux mobiliers urbains seront installés. L’objectif est de permettre à ce lieu d’arborer un nouveau cadre bien plus accueillant pour la population. Dès lors, les étudiants ainsi que les enseignants pourront travailler, se divertir ou se reposer en plein air.

Le maire de Montpellier tient à ce que cet aménagement du village des sciences permette à l’Université montpelliéraine de gagner en attractivité, et notamment d’attirer des chercheurs et étudiants étrangers. Le lieu devra donc être également mieux relié au centre-ville, et cela passera notamment par l’ouverture de la ligne 5 du tram.

« L'Université de Montpellier a une carte à jouer à l'international. La Métropole investira 2,5 M€ pour l'aménagement de la place Eugène bataillon. Nous adresserons notamment les problèmes liés aux débordements d'eau. Les campus seront desservis, non seulement par la ligne 1 du tramway, mais aussi par la future ligne 5. »
Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de la métropole

L’Atrium « learning center »

L’Atrium « learning center » se situe sur le campus de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, la faculté des lettres. Ce bâtiment de 15.000 m² de Surface hors oeuvre nette (SHON) se composera d’un grand espace d’accueil, d’une salle de conférences et d’espaces d’exposition. Une bibliothèque interuniversitaire sera aussi présente, de même que des services pour les étudiants et une cafétéria. Le projet se présente comme un lieu public qui a pour vocation de favoriser l’émulation intellectuelle, l’apprentissage des connaissances et l’accès aux ressources numériques et papier.

Atrium se situe à l’avant du campus, au plus près du centre-ville de Montpellier. Ce bâtiment participe donc également à la structuration de l’espace public. Et avec l’arrivée de la ligne 5 du tramway, la place de la Voie Domitienne, devant le bâtiment, sera requalifiée.

Après plus de deux ans de projections, de plans, de coupes, et de coordinations, le projet de l’Atrium est enfin prêt à démarrer. À partir de mars 2019 viendront les fondations, puis le gros œuvre. Les travaux doivent durer deux ans et demi.

L’enjeu des transports doux

Les transports doux sont des modes de circulation qui préservent l’environnement et qui proposent des solutions différentes que l’usage d’un véhicule personnel et polluant. Pour aller dans ce sens, la métropole réalise depuis le début de l’année 2019, et ce jusqu’en 2025, la ligne n°5 de tramway en priorisant le tronçon “Campus”. Cette nouvelle voie de circulation de tramway doit emprunter la ligne n°1 jusqu’à la station Saint-Éloi. Elle desservira ensuite les campus UM, UPVM3, Balard, CNRS et Agropolis depuis la route de Mende.

Par ailleurs, au sein des campus, la collectivité montpelliéraine prévoit la création de plus de 1.650 places de stationnement de vélos. Au total, ce sont 950 arceaux sur le campus Triolet qui vont être créés, ainsi que 450 sur le Campus Paul Valéry.

Le tracé de la ligne 5 du tram dévoilé

La ligne n°5 de tramway doit être mise en service dès 2025. Son tracé définitif a été dévoilé par Philippe Saurel : elle permettra de relier la station Clapiers à Lavérune, en passant par le quartier Ovalie et hôpitaux-facultés.

Elle mesurera 17 km et sera pourvue de 5 rames circulant toutes les 6 minutes, pour une durée de trajet de terminus à terminus évaluée à environ 45 minutes. Au total, c’est près de 60.000 passagers qui pourront être transportés tous les jours. Le montant total pour l’élaboration de cette nouvelle ligne de tramway se portera à 450 millions d’euros : la région Occitanie financera 10% du montant total, et l’État 8%.

Le début des travaux est fixé à l’automne 2019. Ils débuteront au niveau de la voie Domitienne et se poursuivront vers la faculté Paul Valéry pour se finir vers Agropolis. Cette nouvelle ligne de tramway permettra de desservir des quartiers de l’ouest de Montpellier, qui sont actuellement en manque de transports en commun.

Résidence étudiante sur le campus de la cité créative

Le campus créatif entame sa construction

Dès le 21 mars 2019, un campus créatif sera construit au cœur de Montpellier. Il abritera les écoles de l’ESMA, de l’ETPA, de CinéCréatis et de l’IPESAA. Elles se réuniront sur les terres de l’ancienne École d’Application de l’Infanterie, sur le site de Lepic à Montpellier, pour constituer le futur Campus Créatif.

Le Campus Créatif sera constitué de 35.000 m² de surface dédiées aux activités tertiaires et commerciales, et il proposera près de 2.500 logements. Il a pour ambition de devenir l’un des plus grands pôles français de formation dans les métiers du numérique. C’est donc sur ce site que va s’installer l’ESMA, qui figurera comme l’une des plus importantes structures de la Cité Créative. Les étudiants pourront faire leur première rentrée dès 2020.

« Ce campus sera l’un des plus importants de ce type en France. Les formations qui y seront dispensées seront en totale synergie avec les entreprises implantées au sein de la Cité Créative. Ainsi, non seulement nos étudiants pourront collaborer avec les entrepreneurs de la Cité Créative mais également, le Campus mettra à disposition ses infrastructures composées d’un matériel de pointe et d’outils de production. Tout un écosystème permettant de travailler, d’entreprendre et de vivre ensemble. »
Karim Khenissi, président de l’ETPA

L’ESMA a été créée en 1993 à Montpellier par Karim Khenissi. Aujourd’hui, cet établissement est considéré comme l’une des meilleures écoles d’animation au monde. Son réseau regroupe actuellement plus de 2.000 étudiants. Avec la création de ce nouveau campus universitaire, il est prévu l’accueil de près de 1.400 étudiants supplémentaires.

Un campus en lien direct avec les entreprises

Le campus créatif, composé de quatre écoles, sera aussi ouvert à l’installation d’entreprises qui pourront profiter des équipements présents :

« Peu d’entreprises peuvent s’offrir les équipements dont nous disposerons. Ces outils sont pourtant indispensables pour fournir des produits de qualité. »
Karim Khenissi, président de l’ETPA

Le futur campus se composera donc de :

  • 8 auditoriums
  • un plateau de tournage de 600 m²
  • 4 studios d'enregistrement
  • un Fab Lab
  • une salle de projection

Un Fab lab au Campus créatif

Un Fab lab, ou « laboratoire de fabrication » en français, est un lieu dans lequel toutes sortes d’outils technologiques de pointe (dont des machines-outils pilotées par ordinateur), destinés à la conception et à la réalisation d’objets, sont mis à la disposition du public.

Le Fab lab de Montpellier s’implantera au sein du Campus créatif. La construction de ce bâtiment de 16.000 m² de surface coûtera 37 millions d’euros au total. La structure devrait permettre de générer 80 à 90 emplois nouveaux.

« Réaliser un projet de cette envergure relevait pour nous du rêve. Il n’aurait jamais pu se concrétiser sans la volonté de Montpellier Méditerranée Métropole de créer un écosystème dédié aux métiers de la création numérique »
Karim Khenissi, président de l’ETPA
L’intérieur de la Halle Tropisme : le Tiers-lieu, un hangar de 4000m² pour du coworking culturel

La Halle Tropisme, déjà ouverte depuis janvier 2018

La Halle Tropisme est située dans une ancienne halle mécanique de 4.000 m² de superficie qui avait été construite en 1913. Cet espace a pour principal objectif de répondre aux nouveaux usages des créatifs et des entrepreneurs culturels. Grâce à sa construction, près de 180 postes de travail permettant l’installation de 70 entreprises ont été créés.

La Halle Tropisme est un lieu à vocation artistique qui a ouvert ses portes pendant l’hiver 2018. La Halle permet aux résidents de pouvoir travailler au sein d’un lieu entièrement connecté, mutualisé, créatif et inspirant. Cet écosystème regroupe des acteurs importants de la culture et plus largement des industries Culturelles et Créatives.

SOURCES
  • « Montpellier : l’Esma, tête de proue du futur campus créatif de l’EAI », par Diane Petitmangin - Midi-Libre.fr, 21/02/2019
  • « Montpellier : la halle Tropisme, premier maillon de la future Cité créative », par Diane Petitmangin - Midi-Libre.fr, 17/01/2019
  • « Opération Campus : déjà 570 M€ investis à Montpellier », par Gil Martin - e-Metropolitain.fr, 05/03/2019
  • « Montpellier : la première pierre du Campus Créatif bientôt posée », par Nadira Belkacem - e-Metropolitain.fr, 05/03/2019
  • « Le Village des Sciences de Montpellier sortira de terre en 2020 », par Pauline Compan - Midi-Libre.fr, 12/03/2018
  • « Découvrez le tracé définitif de la ligne 5 du tramway à Montpellier », par Salah Hamdaoui - France Bleu Hérault.fr, 15/02/2018
  • « Opération Campus Montpellier – Village des sciences » - Opération Campus.fr
  • « Opération Campus Montpellier – Opération Campus » - Opération Campus.fr
  • « Opération Campus Montpellier – Calendrier » - Opération Campus.fr
  • « Opération Campus Montpellier – Un campus intégré » - Opération Campus.fr
  • « Tropisme – la Halle culturelle » - Tropisme.coop
Vous souhaitez
bénéficier de conseils
d'experts immobiliers ?