Fleurissement urbain à Montpellier

Temps de lecture estimé à environ 4 minutes.
Avatar Manon ROUSTIT Manon Roustit

le 30 décembre 2019

SOMMAIRE

La ville de Montpellier propose à ses habitants de passer un permis atypique : un permis de végétaliser. Les Montpelliérains vont ainsi pouvoir obtenir le droit d’embellir leur environnement grâce à des fleurs et à des plantes. Ce permis se décline sous trois formes. Il s’inscrit dans une démarche plus globale nommée “Montpellier Cité Jardins”.
La Fédération régionale des promoteurs immobiliers d’Occitanie Méditerranée soutient cette initiative. Elle a annoncé la création d’un fond destiné à financer les actions de végétalisation de l’espace public, notamment à Montpellier. Une action en cohérence avec la ville de développer une démarche de développement durable, à l'image de Montpellier qui se met à la construction en bois.

Le permis de végétaliser son environnement

La Ville de Montpellier a lancé le “permis de végétaliser”. Chaque citoyen, après avoir fait une demande auprès de la commune, pourra obtenir une autorisation de planter des fleurs et des arbres dans son quartier, dans sa rue, sur une place ou même sur un trottoir.

Les personnes qui ne disposent pas de jardin pourront alors se réapproprier les rues et agrémenter les trottoirs grisâtres de la ville. La Direction Paysage et biodiversité de la Ville sera également présente pour conseiller sur le choix des plantes et sur leur entretien.

Par cette opération, la mairie de Montpellier compte poursuivre la voie du développement durable, embellir la ville, créer une nouvelle biodiversité, limiter le désherbage, rafraîchir l’air, et surtout créer un lien social entre voisins.

Quelles sont les possibilités de plantation ?

Trois solutions de plantation sont proposées dans ce “permis de végétaliser” :

Comment faire une demande ?

Les demandes ont été déposées (jusqu’au 15 décembre 2018) via le site www.montpellier.fr. Des études de faisabilité sont en cours jusqu’au mois de février. La distribution des permis aura lieu durant le mois de mars 2019. Pour cette première vague, un peu plus de 100 permis devraient être délivrés.

« Nous devons vérifier que les plantations ne gênent pas la circulation, notamment pour les personnes à mobilité réduite, et aussi s'assurer que les réseaux souterrains d'eau, d'électricité et de gaz ne risquent pas d'être abîmés. »
Philippe Saurel, maire de Montpellier

Le plan “Montpellier Cité Jardins”

Le “permis de végétaliser” s'inscrit dans une démarche plus globale. En effet, la Ville a récemment mis en œuvre l’opération “Montpellier Cité Jardins”. Cette dernière se décline en 5 axes principaux :

La FPI finance les actions de végétalisation de Montpellier

“Canopée”, voici le nom du fond de dotation destiné à financer les actions de végétalisation de l’espace public, notamment à Montpellier. Ce fond sera actif dès janvier 2019.

C’est la première fois que la Fédération régionale des promoteurs immobiliers, qui réunit 48 membres actifs sur le territoire régional, s’engage dans ce type de démarche.

« Les transitions climatiques, démographiques, de gouvernances politiques, économiques, révèlent de nouveaux modèles de développement qui s'accélèrent et qui changent les codes. »
Laurent Villaret, Président de la Fédération régionale des promoteurs immobiliers (FPI Occitanie Méditerranée).

En 2018, la FPI Occitanie Méditerranée représente 6.200 logements en accession libre, 1.000 logements abordables, 2.100 logements sociaux, 80.000 m² de bureaux et 240.000 m² de commerces. La FPI se positionne alors comme un acteur majeur en terme de développement du territoire.

SOURCES
  • « Montpellier : les promoteurs immobiliers créent un fonds de dotation » - Midi Libre, 19/12/2018
  • « Montpellier : embellir sa ville grâce au permis de végétaliser », par Olivia Boisson - France 3 Région, 12/12/2018
  • « Le "flower power" se développe à Montpellier », par Salah Hamdaoui - France Bleu, 28/10/2018
  • « Fleurissement urbain : la ville lance un “permis de végétaliser” dans tous les quartiers de Montpellier », par Jean-Baptiste Decroix - La Gazette de Montpellier, 02/10/2018
Partager sur