Le DPE : un élément de plus en plus regardé par les acheteurs de biens immobiliers !

Temps de lecture estimé à environ 7 minutes.
Avatar de l'auteur "Christelle Privat" Christelle Privat

le 30 avril 2021

SOMMAIRE

Selon le ministère de la transition écologique, la France compte 4,8 millions de passoires thermiques. Et dès le 1er janvier 2023, elles ne pourront plus être louées ou vendues, à moins d’être rénovées !

Une législation en adéquation avec les nouvelles habitudes des acquéreurs de biens immobiliers. En effet, depuis quelques temps, les professionnels de l’immobilier observent que les acheteurs prêtent une attention particulière à la valeur verte de leur futur habitat. Il n’y a pas si longtemps, ce critère passait totalement inaperçu, mais aujourd’hui, il peut dans certain cas compromettre une vente.

La raison de ce changement de comportement ? Des consommateurs plus attentifs et concernés par les enjeux du réchauffement climatique, et des acheteurs de biens immobiliers soucieux de faire des économies d'énergie, car c’est un poste de dépense très important.

Dans le neuf, les logements sont soumis à des normes environnementales qui garantissent un certain confort thermique et de facto, une meilleure maîtrise de la consommation énergétique. C’est un des avantages du marché immobilier neuf ! La norme environnementale RE2020, qui remplacera bientôt la RT2012, vient bousculer un peu le DPE (diagnostic de performance énergétique), qui permet aux acquéreurs et aux locataires de connaître les performances de leur logement en termes d’isolation et en termes d’émission de gaz à effet de serre.

Dans le département de l’Hérault, on voit fleurir un peu partout des programmes immobiliers neufs BBC (Bâtiment basse consommation) ou se rapprochant de la nouvelle norme environnementale RE2020. Un argument de poids pour l’immobilier neuf à Montpellier !

© NicoElNino - Shutterstock

Focus sur le DPE et grille de lecture

Introduit en France en 2006, par l’ancien ministre du logement Jean Louis Borloo, le DPE permet d’évaluer avec précision la consommation énergétique d’un logement. Il est obligatoire à l’occasion d’une mise en location ou lors d’une vente, y compris dans le neuf.

Le document remis sous forme d’étiquettes énergétiques, précise la consommation énergétique du logement, mais aussi la classe d’émission de gaz à effet de serre. Il renseigne également le descriptif du local (le bâti, les systèmes de chauffage, d’eau, de refroidissement et de ventilation). Quelques recommandations d’amélioration énergétiques permettent au propriétaire d’intervenir sur le logement.

Chaque étiquette énergétique est une lettre comprise entre A et G et possède une couleur. Pour la consommation énergétique du logement, l’étiquette A sur fond vert correspond à une très bonne performance énergétique. En revanche, l’étiquette G sur fond rouge correspond aux logements les plus énergivores. Pour les émissions de gaz à effet de serre, le dégradé de couleur est violet et l’étiquette A correspond aux logements les plus performants. Cette classe est délivrée le plus souvent aux constructions neuves et aux bâtiments basses consommations (BBC).

Comment est réalisé le diagnostic ?

Il existe plusieurs méthodes pour estimer la consommation énergétique d’un logement :

Seul un diagnostiqueur agréé possédant une certification professionnelle peut établir le DPE.

Pour le DPE construction, le logement neuf n’est pas conçu. L’expert se sert alors de l’étude thermique initiale et s’assure que les engagements ont été respectés une fois le logement terminé.

© Natee Meepian - Shutterstock

Le diagnostic énergétique, un critère désormais essentiel

Les acquéreurs en biens immobiliers sont de plus en plus attentifs au diagnostic énergétique de leur logement. Sans doute pour deux raisons. La première liée à une conscience écologique partagée par une plus grande partie de la population. La seconde raison réside dans la volonté de réduire ses factures de consommation d’énergie, car ce poste de dépense pèse de plus en plus sur les ménages.

Un DPE clean, pour une facture d’énergie plus confortable

Tout d’abord, le prix de l'énergie (électricité, gaz) a augmenté de façon continue ces dernières années, alourdissant encore un peu plus les charges fixes des ménages. Entre 2008 et 2018, le coût de l’électricité a augmenté de 44 % entre 2008 et 2018. Sur la même période, le coût du gaz, corrélé au cout du pétrole a augmenté de 28 %.

Selon le ministère de la transition énergétique en 2017 « un ménage a dépensé en moyenne 1 519 € en énergie pour son logement », avec plus de la moitié du panier moyen en électricité. Il est donc plus que nécessaire de consommer moins pour payer moins !

Depuis 2020, le nouveau dispositif ma Prime Renov qui connait cette année un grand succès, montre l’intérêt des français pour la rénovation thermique dans le logement. Plus de la moitié des demandes concernent un changement du système de chauffage, avec une grande partie demandant l’installation d’une pompe à chaleur.

« Depuis le 1er janvier 2021, 221 000 dossiers ont été déposés, à comparer aux 200 000 demandes enregistrées sur l’ensemble de 2020. À ce rythme, et alors que MaPrimeRénov’ n’est pas encore ouverte aux propriétaires bailleurs, nous devrions finir l’année avec 800 000 dossiers déposés, soit le double de l’objectif fixé »

Emmanuelle Wargon, Ministre du logement

À noter, que la France compte 4,8 millions de passoires thermiques selon le ministère de la transition écologique et que dès 2023, elles ne pourront plus être proposées à la location.

Réduire les émissions de GES, pour sauver la planète !

Aujourd’hui, il est difficile de ne pas être sensibilisé à la question du climat. La génération climat est en marche, avec ses manifestations pour la sauvegarde de la planète et ses slogans appuyés : “C’est quand que tu vas mettre des paillettes dans mon climat Manu ?”, “Make our planet great again !”, ou encore “Les calottes sont cuites !”

Lorsqu’on sait que les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 1,5/an sur la dernière décennie, et que la calotte glacière fond de manière irréversible il est difficile de ne pas s’intéresser au sujet.

© Khakimullin Aleksandr - Shutterstock

DPE et RE2020

L’évolution de la loi

Dans le cadre de la RE2020, un décret vient fixer l’opposabilité du DPE à partir du 1er juillet 2021. En conséquence le diagnostiqueur verra sa responsabilité engagée à l’occasion de l’établissement d’un mauvais diagnostique, lors d’une vente. Une réparation devra être établie : annulation puis remboursement de la vente, compensation financière, financement de travaux correctifs.

Autre évolution, les logements classés F ne pourront plus faire partie des logements décents dès 2028. Idem pour les logements classés G, mais dès 2025. Le mode de calcul du DPE sera désormais unique : il n’est plus question d’estimer un diagnostic en partant des factures de consommation énergétique. Une étude du bâti est préconisée. Pour le calcul la ventilation et l’éclairage seront pris en compte. De plus, un indicateur de confort d’été sera renseigné afin de s’assurer que le logement résiste bien aux canicules de l’été.

En 2023, les 90 000 logements noté G, ne pourront plus être proposés à la location. Dès le 1 er janvier 2028, ceux notés F également !

Nouvelles classes énergétiques du DPE

Classe énergétique Valeurs
Classe A Moins de 70 kWh/m²/an et de 6kg CO2/m²/an
Classe B De 70 à 110 kWH/m²/an et de 6 à 11 kg CO2/m²/an
Classe C De 110 à 180 kWh/m²/an et de 11 à 30 kg CO2/m²/an
Classe D De 180 à 250 kWh/m²/an et de 30 à 50 kg CO2/m²/an
Classe E De 250 à 330 kWh/m².an et de 50 à 70 kg CO2/m²/an
Classe F De 330 à 420 kWh/m²/an et de 70 à 100 kg CO2/m²/an
Classe G Plus de 420 kWh/m²/an et plus de 100 kg CO2/m²/an

Les résidences neuves basse consommation fleurissent à Montpellier

Quelques résidences neuves affichant de belles performances environnementales préfigurent les nouveaux logements de la RE2020.

Véritable écrin de douceur et de raffinement, une résidence proposant des appartements du 2 au 4 pièces prend place dans un sous quartier résidentiel du quartier Hôpitaux-Facultés. Le programme immobilier neuf possédant le label BBC, s’intègre dans un espace paysager bucolique et japonisant.

Une résidence neuve s’insère non loin du parc Montclam, dans un cadre intimiste et serein. Un système de production d’électricité par panneaux photovoltaïques garantit un niveau de charges de copropriété moins important pour les résidents.

De belles opportunités en perspective pour les acquéreurs du neuf, en résidences principales ou via l’investissement locatif.

© JaySi - Shutterstock
Partager sur